Nous utilisons des cookies pour garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser celui-ci, nous considérons que vous en acceptez l'utilisation. plus d'informations
Réserver
Arrivée
Départ
Nombre d'adultes
Nombre d'enfants
Arrivée : 16:00
Départ : 12:00
Offres
exclusives
Contact privilégié au
+33 (0)4 50 09 31 20
Séjour
sur-mesure
fr
fr en

Sa majestueuse façade Belle Epoque blanc immaculée sur fond de camaïeu bleu dresse sa silhouette depuis plus d’un siècle dans le paysage annécien…

 
 
      
 

Un lieu chargé d'histoire

En 1912, René Leyvraz, Directeur de l’hôtel Verdun, se porte acquéreur de parcelles au bord du lac d’Annecy avec la ferme intention d’y construire un hôtel de luxe et commande les plans à l’architecte du Palace de Menthon construit en 1904. À cette époque, les Annéciens étaient loin d’imaginer qu’ils assistaient aux débuts de l’emblématique histoire de l’Impérial Palace…
 
La proximité du lac rend le terrain de l’Impérial instable. Les fondations sont donc montées sur pilotis. La construction avance très vite… L’Impérial Palace sortira, en effet, en moins de 10 mois. Réparti sur 7 niveaux, avec 8 000 m² de plancher et 1 500 m² de toiture, l’Impérial Palace compte 300 chambres, dont certaines font plus de 40 m², et 200 salles de bains. Le dernier étage est divisé en 33 chambres de chauffeur avec toilettes à eau courante.
14 juillet 1913

L’Impérial Palace ouvre ses portes

A peine achevé, l’Impérial Palace ouvre les portes de son rez-de-chaussée et du 1er étage. Les premiers invités sont subjugués par la découverte d’un restaurant style Louis XVI et des salons Empire. Pour la soirée inaugurale, ce sont une quarantaine d’Américains de la haute société qui sont réunis. Les travaux de finition s’étaleront jusqu’en 1918 au milieu d’un parc de 41 000 m².
Mais, peu de temps après son inauguration, le développement de l’Impérial Palace est freiné par le déclenchement de la guerre de 1914-1918. Il faudra attendre la signature de l’armistice pour que le “navire-amiral” des établissements de luxe connaisse ses heures de gloire.

Une étape de choix
 des grands de ce monde

L’établissement devient alors une étape obligée dans les loisirs des grands de ce monde et des têtes couronnées. La liste de ses hôtes, durant ses 50 premières années d’ouverture, est impressionnante: sa splendeur le Sultan d’Egypte, la princesse Clémentine de Belgique, la princesse Rustoli d’Italie, le prince Georges d’Angleterre (futur Georges VI), Sacha Guitry, la famille Peugeot, Sacha Distel et beaucoup d’autres, comme le Bey de Tunis ou le Sultan du Maroc, Winston Churchill, Edith Piaf ou Charlie Chaplin, …

 

La Dolce Vita
sur la riviera annécienne

La vie à L’Impérial Palace suit un rythme bien établi comme le vante la plaquette publicitaire de l’hôtel : «Trois fois par jour, un orchestre de virtuoses retient sur les grandes terrasses les épris de musique et de repos ; pour les sportsmen, la natation, le yachting, le tennis, la pêche, etc.., offrent des distractions aussi agréables que fortifiantes».
Hotel_Histoire_1967

L'Impérial Palace passe de mains en mains

Dès le début des années trente, la conjoncture entraîne plusieurs changements dans la direction du palace : René Leyvraz cède l’hôtel en 1933 à l’Union Nationale des Sociétés Mutuelles de Retraite des Anciens Combattants, tandis qu’un an plus tard, Alban Dulong, dont la famille est déjà propriétaire de l’Hôtel des Bains à Vichy et de l’Hôtel Montfleuri à Cannes, rachète le fonds. En 1939, la guerre vient stopper son activité (réquisition, quartier général des résistants…). En 1947, l’Impérial Palace qui a beaucoup souffert pendant ces années de guerre est remis à neuf. En 1949, il accueille pendant 6 mois la Conférence tarifaire et commerciale de l’ONU.

 
Mais le répit sera de courte durée… Dans les années 50, les premiers signes de déclin se manifestent ; l’établissement ne fait plus recette et vit ses dernières saisons.
 
En 1958, pour garder l’hôtel à flots, les propriétaires décident de le convertir en appartements et de les vendre. Mais la Ville d’Annecy s’y oppose et frappe le terrain de servitude d’espace vert en 1953, par peur de voir disparaître ce site d’exception, véritable emblème et vitrine de la ville.
Le 8 septembre 1965

L’Impérial Palace ferme définitivement ses portes
et sombre avec ses souvenirs…

La Ville d’Annecy et l’Impérial

En 1967, la Ville fait l’acquisition de l’ensemble du site de l’Impérial Palace, soit le bâtiment et le terrain. Dès lors, tous les projets devront intégrer deux contraintes : la non-privatisation du parc et la conservation du bâtiment de l’Impérial. Aucune des propositions des potentiels acquéreurs ne respectent ces critères, elles se voient donc toutes refusées. Devant l'entêtement des promoteurs à considérer le parc comme un simple terrain à bâtir, la Ville prend les devants et ouvre officiellement au public le parc de l’Impérial le 20 janvier 1975.
 
La Ville rédige ensuite un cahier des charges extrêmement précis pour lancer la rénovation de l’hôtel. Il prévoit la restauration du bâtiment, en respectant totalement son architecture, sa transformation en hôtel, la création d’un centre de congrès et d’un casino.

“Tout feu, tout flamme”

Durant toutes ces années, le bâtiment est à l’abandon. Ses ouvertures sont condamnées afin d’éviter les visiteurs indésirables…
 
En mars 1981, le lieu est utilisé pour le tournage du film "Tout feu, tout flamme" qui réunit Isabelle Adjani, Yves Montand, Alain Souchon et Lauren Hutton qui sortit en 1982 sur les écrans. Une salle de casino a été reconstituée comme décor dans les décombres de la Rotonde du bâtiment… où, 10 ans plus tard, le Casino Impérial prendra place !
 
Qui aurait pu penser que ce titre allait être prémonitoire puisque le 26 octobre 1981, un incendie ravage la toiture et tout l’intérieur de l’établissement. Ouvert à tous les vents, infiltré d’eau de pluie, l’Impérial Palace attend sa rénovation durant de longues années...

L'hôtel Impérial Palace renaît de ses cendres

Au cours de l’année 1984, les recherches menées par Bernard Bosson, Maire d’Annecy de l’époque, s’avèrent fructueuses puisque le Groupe allemand Jung semble être l’acquéreur tant attendu. Le contrat est définitivement signé entre Annecy et les principaux actionnaires du Groupe en 1987. La première pierre est posée le 17 juin 1988. Pendant les années de réhabilitation, le Groupe Jung se retirera au profit du Groupe allemand Hopf.
 
Les travaux de réhabilitation sont impressionnants. La première étape du chantier consiste à « vider » l’intérieur de l’Impérial, ne laissant en place que les grands murs extérieurs, comme un décor de théâtre !
14 décembre 1990

Inauguration de l'hôtel Impérial Palace

Après 2 ans de travaux, l’Impérial Palace, le nouveau complexe hôtelier haut de gamme, inauguré sa réouverture. Rénové en cohérence avec l’évolution du marché, l’établissement renoue néanmoins avec la tradition hôtelière classique. L’Impérial Palace affiche désormais une triple vocation : Hôtel, Centre de Congrès et Casino. L’ouverture officielle de ce dernier ne sera effective qu’en 1991.
A l’ouverture, l’hôtel compte 99 chambres simples ou doubles de 24 à 45 m², 6 junior suites d’environ 60 m² et 2 grandes suites de 76 m² et 162 m². Cet équipement touristique haut de gamme permet à Annecy de retrouver avec la grande tradition hôtelière tout en offrant des prestations compatibles avec les exigences contemporaines du tourisme d’affaires. Un atout essentiel pour le dynamisme économique de la région.

Inauguration officielle du Complexe Hôtel - Centre de Congrès - Casino d’Annecy

Les 25 & 26 mai 1991 se déroulent deux jours de festivités en "grandes pompes" avec au programme garden-party, visite des espaces, corner presse, inauguration des lieux par leurs parrains et marraines, dîner de gala et déjeuner-brunch en présence de nombreuses personnalités du show-business, artistes, journalistes, écrivains tels que, entre autres, Daniel Ceccaldi, Henri Salvador, Paul-Loup Sulitzer, André Dussolier, Bruno Masure, Carole Laure, Nicoletta, Valérie Mairesse, Monsieur le Maire Bernard Bosson,…
1er août 2013

Le Groupe PVG, implanté à La Clusaz, devient propriétaire

Le Groupe PVG, originaire de La Clusaz, fait l’acquisition de la Société Gestionnaire de l’Hôtel-Casino-Centre de Congrès de l’Impérial Palace****.
Fondé en 1979 par Gaston Pollet-Villard, le Groupe PVG est une société familiale dirigée aujourd’hui par son fils Olivier. Il compte 4 établissements hôteliers à La Clusaz (Au Cœur du Village Hôtel & Spa***** Relais & Châteaux, l’hôtel Beauregard****, l’hôtel Alpen Roc*** et l’hôtel Christiania***), 4 restaurants (Le Cinq, Le Cœur, Le Symphonie, Le Bistro) et 3 résidences de tourisme (Les Cimes*****, Les Grandes Alpes****, La Résidence**), ainsi que 4 Chalets de Luxe et un bowling au centre du village.

Quelques dates clés
supplémentaires…

  • 18 mars 2016 : création d'un Spa de 600 m² avec piscine de détente, sauna, hammam, douche à expérience et cabines de soins